Quand j’ai eu 16 ans, j’ai vu, une par une, mes copines passer par l’étape pilule. Du coup la question ne s’est pas posée pour moi.

– Moi aussi je voulais faire partie du game,
prendre cette fameuse pilule, devenir une femme.

Je suis née avec donc je ne voyais pas le mal !
Mais comme je viens d’une famille chrétienne, impossible d’en parler à ma mère.

La solution (ou pas d’ailleurs) : le planning familial. 

J’oublierai jamais l’ambiance qu’il y avait là-bas : des jeunes filles en crise de grossesse, des avortements proposés à tout bout de champ, des préservatifs distribués à des filles plus jeunes que moi. Et la phrase qui m’a tuée venant d’une des infirmières qui s’adressait à une jeune fille : 

” Faudrait quand même faire attention mademoiselle, vous êtes un peu trop fertile, c’est votre 4ème IVG c’est ça ? » […]

Mais j’men foutais je voulais la pilule.
Je voulais avoir des relations sexuelles avant le mariage. Peu importe les conséquences que ça impliquerait dans ma vie, j’ai commencé à prendre la pilule… Mais bon hein jamais correctement, j’oubliais tout le temps de la prendre, je la prenais avec de l’alcool, et avec tout ce que je fumais comme cigarettes, je vous dis pas le mélange ! 

Heureusement un jour Dieu a touché mon cœur, je lui ai demandé pardon pour tout le passé et tout ce que j’avais pu faire dans ma vie. Je lui ai donné mon cœur. 

Par la suite j’ai enfin rencontré mon mari et je me suis mariée à 21 ans. On a terriblement souffert de nos différentes relations sexuelles avec d’autres partenaires et c’est là qu’on a compris le sens de la PURETÉ.
[…]

– Oui mais la pilule dans cette histoire ?

Ben ça m’a pas empêché de la prendre jusqu’à mes 22 ans hein ! Ben ouais pour moi c’était normal je voulais pas de bébé tout de suite, et puis être tranquille pour planifier ma vie de famille. C’est la base de la pilule quand même.

– Oui mais non.

J’ai commencé à lire « Une jeunesse sexuellement libérée ou presque » de Thérèse Hargot. Et là … Révélation… Je me suis aperçue que la pilule, c’était un truc super chimique qui a des conséquences sur mon corps.
Mais pourquoi on donne un médicament à des femmes en bonne santé ? Ouais ok c’est le symbole du féminisme. Mais c’est pas ce genre de féminisme-là que je veux pour les femmes.
[…] 

Alors j’ai arrêté la pilule pour une contraception NATURELLE. Je pensais que dans mon couple je verrai pas la différence entre le sans et après pilule. MYTHO ! 

J’ai pu remarquer que ma libido avait effectivement bien diminué. Et j’ai enfin pu jeter à la poubelle ma bouteille de lubrifiant qui était tout le temps là dans le tiroir de ma table de chevet !
Quand on fait l’amour avec mon mari c’est 10 fois mieux qu’avant.

– On est en harmonie TOTALE.

Et franchement je peux vous dire que mon mari est bien content MDR !
Je ne fais plus qu’un avec lui et je comprends bien mieux le verset qui dit qu’après avoir quitté son père et sa mère, l’homme s’attachera à sa femme et ils ne feront plus qu’un. (Genèse 2. 23-24)
Depuis, j’apprends à connaître mon corps parce qu’en fait depuis l’âge de 16 ans j’ai pas pu voir mon corps évoluer. 

– J’ai redécouvert mon corps et je continue encore de le découvrir. C’est extraordinaire !

Si toi aujourd’hui tu prends la pilule, j’espère que mon témoignage t’aidera à faire le bon choix. Mais surtout prie par rapport à ce sujet. Je sais que c’est pas facile dans une génération comme la nôtre de faire la différence… Mais Dieu compte sur toi et Il veut se servir de toi pour impacter les autres.
Alors en route pour un nouveau féminisme ! 

E.